Catégories : Architecture

Attentes vs réalité : quand les visualisations architecturales ne sont pas exactes

Office Building, Building, City

Les visualisations architecturales photoréalistes de projets non construits font partie des atouts les plus importants des cabinets d’architectes. Elles permettent de mettre en valeur les compétences du cabinet, d’améliorer les conceptions et de remporter des concours. En tant qu’élément précieux du portefeuille, elles sont également cruciales pour la réussite architecturale à long terme, car elles attirent de meilleurs employés et clients.

Grâce aux progrès continus de la digitalisation qui ont touché tous les secteurs, les technologies de visualisation architecturale ont fait des bonds en avant au cours des dernières décennies. Du BIM à la RV, les architectes n’ont jamais eu autant d’options pour créer des conceptions et des rendus précis.

Néanmoins, l’écart entre les visualisations architecturales et l’apparence de la structure finale reste un problème courant. Une conception inexacte et des promesses non tenues peuvent envenimer les relations avec les clients et freiner les perspectives.

Un cahier des charges architectural non respecté comme ces “forêts verticales” sur lesquelles sont plantés quelques arbres fragiles, ou cette cascade artificielle qui était censée faire jaillir de l’eau peut susciter un tollé général.

Qu’est-ce qui peut exactement mal tourner dans les visualisations architecturales ?

Malgré sa nature pragmatique et omniprésente, l’architecture comme toutes les formes d’art fait appel aux émotions. Que les architectes en aient l’intention ou non, la perception des bâtiments déclenche une multitude de sentiments tels que la sécurité, la joie ou la tristesse.

Depuis la seconde partie du XXe siècle, l'”architecture émotionnelle” est en plein essor. Cette approche architecturale s’efforce d’imprégner les espaces d’une résonance sensorielle plus profonde à une époque d’isolement et de cyberfatigue.

Les émotions faisant partie intégrante de la conception, les visualisations architecturales qui sont sans doute les outils de marketing les plus critiques des entreprises visent à capter l’insaisissable résonance sensorielle.

Les architectes confient généralement le rendu à des spécialistes de la visualisation architecturale. Au cours du processus, il n’est pas rare que certains aspects émotionnels soient exacerbés pour obtenir l’effet désiré.

“Ils adoucissent les façades, éclaircissent les intérieurs et retouchent les poteaux électriques”, observe MaggySotier, gestionnaire de communauté chez Archilyse un outil d’analyse de données pour le secteur de l’immobilier.

Les arbres poussent comme au printemps, les oiseaux volent et les paysages sont pleins de gens, de préférence jeunes et séduisants, qui se promènent joyeusement dans la région. Dans la réalité, cependant, ces rendus sont rarement à la hauteur des attentes.

Maggy Sotier, Community Manager chez Archilyse

Comment maximiser la précision des visualisations architecturales ?

Même si l’écart entre les visualisations architecturales et les résultats finaux résulte d’un optimisme et de bonnes intentions, il peut être à l’origine de conflits entre les cabinets d’architectes et les clients, voire avec le public.

De nombreux architectes sont bien conscients de cette question et de ses implications éthiques. Dans un article intitulé “Are Renderings Bad for Architecture ? “Vanessa Quirk, rédactrice d’ArchDaily, s’interroge : “À une époque où le rendu (et les médias d’architecture en général) a déjà fixé des attentes bien plus élevées que ce que la réalité pourrait atteindre, le rendu réaliste (pardonnez le jeu de mots) est-il rendu inutile ?”

Pourtant, même si les technologies de représentation visuelle peuvent permettre l’exagération, elles constituent également des outils précieux pour les architectes, qui peuvent ainsi résister au domaine de la fantaisie.

Adopter la numérisation et les technologies 3D

Les bâtiments présentant un écart visible entre les rendus et les versions finales ont souvent des points communs : les plans peuvent ne pas calculer les éclairs, les textures ou les reflets. La visualisation architecturale peut faire des erreurs de mise à l’échelle ou adopter des perspectives totalement erronées.

Cependant, le rendu 3D offre des solutions pour surmonter facilement ces problèmes. Ces technologies génèrent une image à partir d’un modèle en utilisant un logiciel informatique. Il est donc beaucoup plus facile d’éviter les erreurs courantes de visualisation architecturale en utilisant le rendu 3D.

Capturant chaque détail pour obtenir un modèle photoréaliste mais précis, ces technologies permettent également d’imprimer en 3D une visualisation. Les modèles 3D aident les concepteurs et leurs clients à évaluer le projet de manière exhaustive, ce qui permet de faire de meilleurs choix et de minimiser les déceptions futures.

D’autant plus que la prise de conscience de l’écart entre les visualisations architecturales et les étapes finales augmente, tout comme la prévalence du rendu 3D. De 2020 à 2026, le marché des logiciels de rendu 3D devrait croître à un taux de 20 %, pour atteindre une taille de marché totale de 9 milliards USD.

La transformation technologique sera probablement complétée par une transformation culturelle. De nombreux critiques éminents vantent les mérites d’une approche plus terre à terre de la conception et de la visualisation architecturales.

Une formation architecturale plus pratique

Oliver Wainwright, critique de design et d’architecture pour The Guardian, estime que les projets irréalistes promus dans les facultés d’architecture pèsent également sur le secteur.

Wainwright décrit le projet de fin d’études d’un étudiant en architecture de dernière année : “Des vaisseaux traînant des engins à travers des paysages de roches lunaires, des flottes de véhicules volants glissant de part et d’autre. Cela aurait pu être le story-board du prochain film de super-héros en 3D de Marvel Studios, mais c’était en fait le projet de fin d’études d’un étudiant de l’une des principales écoles d’architecture du Royaume-Uni.”

Tout en reconnaissant la “démonstration fascinante des capacités graphiques et de modélisation” de l’étudiant, Wainwright estime que la formation des architectes doit être davantage axée sur le “monde réel” plutôt que sur la reproduction d’un “château dans le ciel”.

De nombreux critiques et analystes d’architecture font preuve d’un cynisme compréhensible à l’égard des visualisations architecturales inexactes et irréalistes. Cependant, le rendu est encore un outil trop précieux pour qu’on y renonce – principalement grâce aux outils et à l’évolution de la culture, qui sont destinés à améliorer l’ensemble du processus.

Adriana Voegeli

Adriana Voegeli

Adriana is the Editor-in-Chief of the dormakaba Blog. She is responsible for the content plan, the relation with internal and external authors as well as the strategic further development of the blog.