Catégories : Architecture

Des bâtons à l’élégance : une brève histoire des poignées de porte

Hole, Window, Porthole

L’architecture fait partie des formes d’art les plus imposantes et les plus omniprésentes. Il est impossible d’éviter d’entrer en contact avec des structures physiques, qui sont souvent conçues pour faire appel à de multiples sens. Pourtant, bien que nous soyons entourés de bâtiments et que nous y vivions, combien de fois touchons-nous l’architecture ?

Au fil des siècles, un modeste détail de la conception architecturale a été l’un des rares éléments des bâtiments créés dans le seul but de toucher : la poignée de porte. En tant que pont haptique unique entre les bâtiments et les humains, les poignées de porte pourraient être des éléments de design peu documentés. Pourtant, elles ont une histoire aussi profonde que celle des maisons, et donc des portes.

Les débuts de l’Antiquité (4 000 ans avant J.-C.)

Depuis que les portes existent, il existe une forme de poignée de porte, même si elle n’a pas toujours été sophistiquée. Les premières clés sont apparues dans l’Égypte ancienne et à Babylone il y a environ 6 000 ans sous la forme de simples dispositifs en bois. Ainsi, les portes anciennes comportaient un petit trou qui faisait office de poignée de porte. Pour l’utiliser, les gens devaient insérer une lanière de cuir ou un morceau de ficelle ou de cordelette et l’enrouler autour de la barre.

Tout au long de l’Antiquité et du Moyen Âge, l’innovation en matière de clés et de quincaillerie de porte était limitée. Même si les palais ou les maisons nobles possédaient des poignées de porte en verre ou en fer fabriquées à la main, les maisons verrouillées étaient un luxe que peu de gens pouvaient se permettre.

Par exemple, dans certains pays comme le Royaume-Uni ou le Danemark, un chambellan était chargé de protéger les habitations et les objets de valeur des familles nobles, car les serrures et les portes étaient autrefois lourdes et encombrantes.

1848 : Le brevet de la poignée de porte moderne

Après la révolution industrielle, l’industrie manufacturière s’est développée et les ménages ont commencé à s’enrichir. Cela a non seulement accéléré la demande de sécurité personnelle, mais a également ouvert la voie à la fabrication en masse de poignées de porte modernes.

En 1848, un inventeur afro-américain de 16 ans, Osbourn Dorsey, a déposé le brevet de la première poignée de porte moderne telle que nous la connaissons aujourd’hui, ainsi que celui des bloqueurs de porte.

Dessin de brevet de la première poignée de porte moderne par Osbourn Dorsey (1848)

Dans la demande qu’il a soumise à l’Office des brevets des États-Unis, il décrit son invention : “Dispositifs pour maintenir les ailes ouvertes ; Dispositifs pour limiter l’ouverture des ailes ou pour maintenir les ailes ouvertes par un élément mobile s’étendant entre le cadre et l’aile ; Dispositifs de freinage, butées ou tampons, combinés avec ceux-ci par des moyens mécaniques avec une barre mobile ou un élément équivalent s’étendant entre le cadre et l’aile, consistant en une seule tige pivotée à une extrémité, et avec l’autre extrémité se déplaçant le long d’un élément de guidage avec des moyens de freinage, de serrage ou de fixation à la connexion avec l’élément de guidage.”

Le 20e siècle et au-delà : L’avenir des poignées de porte

Si l’invention de Dorsey n’était pas la première poignée de porte, elle était le premier brevet documenté apte à être fabriqué. L’invention s’est rapidement répandue dans le monde industrialisé – et le monde de l’accès n’a plus jamais été le même.

Grâce à des formes, des matériaux ou des couleurs différents, les architectes et les designers expriment le caractère d’un bâtiment à l’aide de poignées de porte. Des détails bien pensés, comme les poignées de porte de style Bauhaus ou Rococo, complètent non seulement le design mais capturent également l’esprit du temps culturel. Cependant, parallèlement à l’évolution des technologies numériques, les systèmes d’accès deviennent de plus en plus complexes et sophistiqués. Dans certains cas, comme les portes tournantes ou les entrées mains libres, les poignées de porte sont déjà sans objet.

Néanmoins, quelle que soit la direction dans laquelle ils évolueront à l’avenir, il ne fait aucun doute que la façon dont les gens entrent dans un bâtiment en dira toujours beaucoup aux historiens de demain sur nos cultures et nos sociétés.

John M. Danes

John M. Danes

John, en tant que chargé de prescription, assiste les architectes avec des prescriptions concises de produits de quincaillerie de porte dormakaba. John a acquis son expertise dans l'industrie de la construction au cours de sa carrière occupant différents postes dans différents services et ce depuis plus de 20 ans.