Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Flag
Logo, Leisure Activities, Person
Flag

Les bidonvilles peuvent inspirer l’avenir des villes, voici pourquoi

Environ un milliard de personnes dans le monde vivent dans des bidonvilles, des constructions informelles généralement peuplées par les pauvres des villes. Ces résidents représentent un tiers de la population urbaine mondiale et sont à l’origine de plus de 90 % de sa croissance. D’ici 2030, il y aura deux milliards d’habitants dans les bidonvilles, résidant principalement dans les pays d’Asie et d’Afrique.

Block

Selon l’ONU-Habitat, un bidonville présente une ou plusieurs des lacunes suivantes :

  1. Un logement durable de nature permanente qui protège contre les conditions climatiques extrêmes.
  2. Un espace de vie suffisant, c’est-à-dire pas plus de trois personnes partageant la même chambre.
  3. Un accès facile à l’eau potable en quantité suffisante et à un prix abordable.
  4. L’accès à un assainissement adéquat sous la forme de toilettes privées ou publiques partagées par un nombre raisonnable de personnes.
  5. Sécurité d’occupation qui empêche les expulsions forcées.

Cependant, malgré des conditions difficiles et des ressources limitées, au cours des dernières décennies, de nombreux urbanistes et économistes pensent que l’avenir des villes dépend de l’avenir des bidonvilles.

Esprit d’entreprise et débrouillardise

Ville, urbanisation, bidonville

Les habitants des bidonvilles sont souvent des experts en matière de micro-entreprenariat mais également d’escroqueries. Dans de nombreux foyers des bidonvilles, aucune ressource, y compris de temps, n’est gaspillée. Au cours de leurs recherches, Abhijit Banerjee et Esther Duflo, économistes lauréates d’un prix Nobel, ont rencontré un groupe de femmes vivant dans les bidonvilles qui vendaient le matin du dosa ; une galette de riz qui est un aliment de base du petit déjeuner dans le sud de l’Inde. Cependant, dès que l’heure du petit déjeuner était passée, les femmes étaient parties. Banerjee et Duflo décrivent ce qu’ils ont découvert en suivant les vendeurs de dosa.

« Nous en avons trouvé une chez elle, remplissant l’assiette de sa fille avec le déjeuner qu’elle avait fait en préparant les dosas. Elle nous a dit que plus tard dans la journée, elle sortait pour vendre ses saris ; ce long morceau de tissu décoratif que les femmes indiennes se drapent autour d’elles. Elle se procure des saris en nylon ordinaire au magasin et y coud des perles et des petits morceaux brillants, et une fois par semaine, elle les emmène de maison en maison, en espérant que les femmes les achètent pour les porter lors d’occasions spéciales. Et elles les achètent, dit-elle avec confiance. Toutes les autres femmes dosa que nous avons rencontrées ce jour-là avaient une histoire similaire : une fois qu’elles ont fini de faire frire les dosas, elles font autre chose. Certaines ramassent les ordures, d’autres font des cornichons pour les vendre, d’autres encore travaillent comme ouvrières ».

Lorsque les habitants des bidonvilles en tant que tels bénéficient d’un accès et d’un soutien adéquats, leurs activités économiques ont tendance à profiter à l’ensemble de la communauté.

Adaptabilité et innovation

Pollution, Décharge, Bidonville, Poubelle

Au cours de leurs missions d’exploitation de leurs ressources, les habitants des bidonvilles innovent souvent et font preuve d’une grande capacité d’adaptation aux nouvelles solutions et technologies. Alors que les changements de processus peuvent prendre beaucoup de temps pour les municipalités ou les entreprises, les habitants des bidonvilles peuvent immédiatement se tourner vers des solutions qui donnent des résultats.

Par exemple, même si des millions de personnes vivant dans des bidonvilles n’ont toujours pas accès à une énergie propre, du Brésil à l’Inde, les solutions solaires éclairent rapidement des vies. Lorsque les habitants des bidonvilles peuvent se débarrasser de ressources énergétiques nocives et coûteuses comme la paraffine ou le kérosène, non seulement ils ont des maisons plus saines, mais ils peuvent aussi économiser de l’argent.

Asha, qui réside à Korogocho, le quatrième plus grand bidonville de la capitale kenyane Nairobi, est récemment passée à une solution solaire peu technologique et peu coûteuse proposée par un social business.

L’argent économisé en n’achetant pas de paraffine, je l’utilise pour les frais de scolarité d’un de mes enfants.

Asha, résidente de Korogocho (Kenya)

Les bidonvilles : des laboratoires pour une ville durable

Visage, Enfant, Bidonville

Malgré la stigmatisation du mot même de « bidonville », ces constructions informelles à travers le monde sont des micro-cités en pleine évolution qui sont essentielles pour l’avenir urbain. Certains chercheurs considèrent même les bidonvilles comme des « laboratoires pour une ville durable ».

« La ville formelle ne pourrait pas survivre sans la ville informelle », explique Alfredo Brillembourg, un architecte qui étudie et pratique dans les bidonvilles depuis des décennies.

Il ajoute : « [Un bidonville] vous permet d’en apprendre beaucoup sur la société, sur la vie, sur les aspirations, et sur l’économie des ressources, la réutilisation et l’adaptation. Il offre des leçons incroyables pour le reste du monde ».

Ainsi, la compréhension et l’amélioration des bidonvilles peuvent sortir des millions de personnes de la pauvreté et jeter les bases de villes plus intelligentes et plus justes pour tous.

Articles connexes

"Metaverse" est le mot du moment et suscite actuellement beaucoup de curiosité. Immédiatement, des débats ont été lancés sur les....