Catégories : Technologie

Les visages comme cartes d’embarquement : Réponses aux 3 questions les plus fréquentes

Reconnaissance faciale

Malgré les idées fausses qui persistent sur les technologies de reconnaissance faciale, celles-ci deviennent de plus en plus courantes dans de nombreux domaines de notre vie où la sécurité est concernée. D’autant plus que la reconnaissance faciale peut faciliter un processus d’accès sans contact, la pandémie de COVID-19 a accéléré l’acceptation et l’adaptation généralisées de ces technologies.

En outre, de nombreux gouvernements, aéroports et compagnies aériennes ont profité de l’interruption des voyages due aux fermetures pour investir dans des infrastructures et des avancées technologiques. Ainsi, l’embarquement biométrique est déjà une réalité dans des centaines d’aéroports à travers le monde. En 2021, 60 % des pays disposaient déjà d’aéroports équipés de solutions de reconnaissance faciale, et de nombreux autres aéroports se sont engagés à tester des solutions de gestion de l’identité biométrique.

Alors que les technologies de reconnaissance faciale commencent lentement à remplacer nos cartes d’embarquement physiques, nous explorons les réponses à certaines des principales questions sur ces technologies.

Les technologies de reconnaissance faciale sont-elles exactes ?

Grâce à l’IA et aux techniques d' »apprentissage profond », des améliorations drastiques ont été apportées dans le domaine de l’analyse et de la reconnaissance d’images. De même, selon un rapport du National Institute of Standards and Technology (NIST) basé aux États-Unis, les dernières technologies de reconnaissance faciale ont beaucoup évolué.

Lorsque les chercheurs du NIST ont effectué des simulations pour identifier les passagers et enregistrer leurs activités d’arrivée et de départ, les taux de précision étaient supérieurs à 99,5 %.

« Nous avons constaté que la précision varie d’un algorithme à l’autre, mais que les algorithmes modernes sont généralement plus performants. Si les compagnies aériennes utilisent les algorithmes les plus précis, les passagers peuvent embarquer sur de nombreux vols sans erreur », a déclaré Patrick Grother, informaticien au NIST et l’un des auteurs du rapport.

Les passagers sont-ils prêts à utiliser la biométrie ?

La protection de la vie privée est une préoccupation compréhensible lorsqu’il s’agit de partager des données biométriques, même s’il existe des réglementations plus strictes dans la plupart des pays et territoires, et que les compagnies aériennes ne sauvegardent ou ne stockent généralement pas les données.

Les avantages des applications biométriques lors des voyages étant de plus en plus connus, un nombre croissant de personnes se montrent plus favorables aux technologies de reconnaissance faciale.

Selon l’enquête mondiale sur les passagers (GPS) de 2021 menée par l’Association du transport aérien international (IATA), 73 % des passagers sont prêts à partager leurs données biométriques pour améliorer les processus aéroportuaires, une différence frappante par rapport à seulement 46 % en 2019. De même, parmi un peu plus d’un tiers des passagers qui ont fait l’expérience de la collecte de données biométriques pendant leur voyage, 86 % d’entre eux étaient satisfaits de cette expérience.

Comment la biométrie va-t-elle modifier l’expérience des passagers dans les aéroports ?

Les innovations en matière de biométrie peuvent révolutionner l’expérience des passagers dans les aéroports, en la rendant plus rapide, plus fluide et plus sûre pour les voyageurs, les gouvernements et les entreprises.

Les taux de précision étant supérieurs à ceux des contrôles de sécurité effectués par des humains, il est possible de contrôler plus de personnes avec moins de personnel, ce qui permet à ce dernier de se concentrer sur les menaces réelles. Grâce aux technologies de reconnaissance faciale, les agents peuvent embarquer jusqu’à 240 passagers en dix minutes.

En outre, comme la reconnaissance faciale associe visuellement et numériquement les voyageurs à leurs bagages, elle contribue à éliminer les retards dans la remise des bagages et le risque de vol de ceux-ci. Avec les technologies adéquates, l’ensemble de l’expérience aéroportuaire peut être presque sans contact, contribuant ainsi à la santé publique et au bien-être des passagers.

Sans longue file d’attente pour l’enregistrement, l’immigration ou les bagages, les voyageurs sont prêts à maximiser le confort et la commodité dans les aéroports technologiques du futur, en éliminant tous les facteurs de stress habituels du voyage au profit de ses multiples joies.