Catégories : Architecture

COVID-19 : Comment elle influence l’architecture des salles de classe

Photo de salle de classe

Alors que l’apprentissage à distance et assisté par la technologie était en croissance, la COVID-19 l’a rendu inévitable pour des millions d’étudiants de tous niveaux dans le monde entier. En fonction de leurs réglementations locales et nationales en matière de santé publique, certains ont rouvert, d’autres expérimentent des modèles d’apprentissage hybrides et d’autres encore poursuivent un enseignement entièrement à distance.

Néanmoins, les experts en éducation estiment qu’il n’y a pas de substitut à l’apprentissage dans un environnement de classe et dans les écoles. Ils sont indispensables non seulement pour l’engagement, mais aussi pour le bien-être physique, social et mental des élèves.

Si les classes virtuelles sont une meilleure alternative que l’arrêt total de l’éducation, les jeunes en particulier sont confrontés à ce problème. En revanche, les plus âgés, comme les étudiants à l’université, s’accommodent mieux de certains aspects de l’apprentissage à distance. Mais ils sont toujours confrontés à des défis émotionnels et ratent des opportunités sur le campus.

Cependant, une fois que les cours vidéo seront terminés et que les écoles et les universités rouvriront. Comment, par la suite, la COVID-19 façonnera-t-elle l’avenir des établissements d’enseignement ?

Ajustements à court et moyen terme

Les précautions prises pour éviter la propagation de la COVID-19 dans les établissements d’enseignement ont été différentes dans chaque pays. Cependant, au-delà de l’option de retrait pour l’enseignement à distance, ces précautions consistent généralement à se laver les mains et à se désinfecter. Mais aussi à porter des masques et à s’éloigner physiquement dans les salles de classe, ainsi qu’à améliorer la circulation de l’air et l’hygiène générale dans les écoles.

De nombreuses écoles ont déjà expérimenté une restructuration. La création d’une circulation à sens unique dans les couloirs, l’utilisation de barrières physiques pour séparer les foules et l’installation de systèmes d’entrée sans contact aident les écoles et les universités à minimiser les contacts.

Les portes sont parmi les articles les plus manipulées, et les établissements d’enseignement n’en font pas exception. Cependant, il est possible de les manipuler sans contact en utilisant différents systèmes d’entrée comme les portes coulissantes ou tournantes. Si aucune technologie ne peut remplacer une bonne hygiène personnelle, un toucher minimal peut l’améliorer.

Photo d'un couloir d'école

L’amélioration de la qualité de l’air est un autre élément essentiel de la réduction des risques sanitaires. Comme la ventilation de l’air peut ralentir la COVID-19, certains pays comme le Royaume-Uni et l’Allemagne, où les écoles ont rouvert, imposent une politique de « fenêtres ouvertes quel que soit le temps ».

D’autres solutions innovantes pour freiner la propagation du virus ont vu le jour pour les régions ou les communautés qui en ont les moyens. En effet, en Allemagne, Frank Helleis, physicien à l’Institut Max Planck de chimie, a inventé un système de hottes qui peuvent purifier l’air en 10 secondes. Elles peuvent être installées individuellement au-dessus de chaque bureau.

Aux États-Unis, certains ont installé des tentes à l’extérieur pour poursuivre les cours en plein air. De même, dans les pays africains qui bénéficient d’un climat plus doux, de nombreuses écoles pourraient également réaliser des cours en plein air, en plus d’utiliser des outils comme la radio et les messages WhatsApp.

Le long terme : Une nouvelle architecture pour l’apprentissage

Malgré les nombreux défis qu’il pose, il ne fait aucun doute que la COVID-19 a forcé les éducateurs, les étudiants et les décideurs politiques à repenser et à innover l’architecture des écoles. Même si un enseignement entièrement à distance ne donne pas les mêmes résultats qu’un apprentissage en présentiel, à long terme, les innovations et une meilleure familiarisation avec les nouveaux outils ne peuvent avoir que de bons résultats.

« La crise a révélé l’énorme potentiel d’innovation qui sommeille dans de nombreux systèmes éducatifs », affirme un rapport récent.

De nombreux experts et d’universitaires considèrent également la pandémie COVID-19 comme une occasion de revoir les systèmes scolaires et éducatifs.

Bien qu’il soit difficile de savoir exactement comment ces changements se manifesteront dans les différents pays et communautés, écrit l’ Douglas N.Harris, auteur de CharterSchoolCity, les communautés s’habitueront probablement aux options et à la flexibilité.

Par exemple, l’essor de l’éducation en plein air peut donner le coup d’envoi d’un mouvement plus important en faveur d’une éducation en plein air. Les recherches montrent ses avantages substantiels, notamment un apprentissage plus rapide et plus engagé, un absentéisme moindre, de meilleures compétences en matière de leadership et une meilleure santé. Certains considèrent même qu’il s’agit d’une stratégie pour lutter contre le réchauffement climatique

Transformer la crise en opportunité

Avec les bonnes mesures et les bons gestes, de nombreux experts s’accordent à dire que la COVID-19 peut aider les établissements d’enseignement à combler les lacunes dans l’architecture.

Même au-delà de la pandémie, un environnement hygiénique avec une réduction des contacts au maximum, une meilleure circulation de l’air et d’autres innovations sont sur le point de rendre l’apprentissage meilleur pour tous.

Quelle que soit la manière dont ces innovations se concrétisent, les écoles resteront des centres communautaires importants. Mais les élèves bénéficieront d’une approche plus souple, plus hybride et plus pratique de l’apprentissage. Et cela, dans des bâtiments scolaires plus optimisés qui peuvent favoriser le bien-être physique et mental.

Sandrine Demas

Sandrine Demas

Sandrine is a communications manager at dormakaba France. With her 21 years of experience, she runs the French blog and is responsible for the content plan, the publishing but also for its strategic development.