Catégories : Architecture

Plus jamais de dessin à la main : Une brève histoire de la BIM

Building, High Rise, City

Depuis les années 1970, la modélisation des informations du bâtiment (BIM) est devenue aussi omniprésente que le stylo et le papier dans la conception architecturale et ne cesse de se développer.

 D’ici 2027, la valeur mondiale du marché des logiciels BIM atteindra 15 milliards de dollars, presque le triple par rapport aux 5,2 milliards de dollars en 2019. Même si le BIM peut déjà célébrer plus de 40 ans d’existence, de nombreux architectes commencent à peine à l’exploiter.

Le leader des logiciels Autodesk décrit le BIM comme « un processus intelligent basé sur un modèle 3D qui donne aux professionnels de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction (AEC) les connaissances et les outils nécessaires pour planifier, concevoir, construire et gérer plus efficacement les bâtiments et les infrastructures ».

En 2020, des centaines d’outils BIM sont disponibles pour répondre aux différents besoins de conception de toutes sortes d’équipes. Mais comment cet outil indispensable est-il apparu et a dominé les marchés ? Voici un bref aperçu de l’histoire du BIM, dont l’évolution modifie constamment l’architecture telle que nous la connaissons.

Les années 1970 : Un outil pour révolutionner l’architecture

Les technologies qui sous-tendent le BIM évoluent depuis plus de 50 ans, parallèlement à la recherche en informatique. Les décennies 1970 et 1980 ont été décisives pour l’informatique et le développement de logiciels. Il n’est donc pas surprenant que l’histoire de la BIM ait pris un bon départ au cours de ces années.

En 1975, le professeur américain Charles M. Eastman a publié un article intitulé « The Use of Computers Instead of Drawings in Design ». Le Pr. Eastman expliquait combien il serait révolutionnaire de disposer d’un outil où les informations relatives aux cartes, aux façades, aux perspectives et aux sections seraient combinées dans un même document et une seule modification peut tout changer.

Avant que le BIM ne soit accepté par les milieux de la construction et de la conception, la norme était celle des dessins informatiques en deux dimensions, voire des dessinés à la main.

Développé dans les années 1970 et 1980, RUCAPS (Riyadh University Computer-Aided Production System) est généralement considéré comme le logiciel qui a donné le coup d’envoi de l’histoire du BIM par les milieux universitaires.

Néanmoins, il n’est pas possible d’attribuer le développement du BIM à un seul chercheur ou à une seule nation. Tout au long de ces décennies, l’outil a évolué en raison de la concurrence entre les nations occidentales et le bloc soviétique, pour créer la solution logicielle architecturale parfaite afin de perturber les flux de travail de conception assistée par ordinateur (CAO) en deux dimensions.

Les années 2000 et le présent : L’ère du design natif numérique

L’essor des logiciels, qui ont commencé à se répandre dans tous les secteurs au début des années 2000, a conduit à la maturation et à l’adaptation des technologiesBIM au grand public.

Au cours de ces décennies, le BIM a gagné en importance en tant qu’outil de conception, mais aussi pour faciliter les collaborations.

En particulier depuis les années 2010, un nouveau paradigme pour le BIM est en cours d’élaboration. Grâce aux progrès de l’IA et de l’automatisation, l’intégration de technologies telles que l’impression 3D, la préfabrication, la RA ou la RV ne cesse de repousser les limites et le potentiel du BIM à un nouveau niveau.

Aujourd’hui, la BIM fait partie intégrante de la formation en architecture. Lorsqu’il est bien compris et utilisé correctement, le BIM permet à un concepteur débutant de produire plus de travail qu’un architecte chevronné qui n’a aucune expérience de l’interface et des concepts du programme. Ainsi, les architectes et les professionnels de la construction de demain font déjà entrer leur secteur dans une ère de nouvelles possibilités grâce à la BIM.

L’avenir : Ce qui vient après

Alors que les premiers prototypes de la BIM se concentraient sur ses fonctions d’outil de conception assistée par ordinateur (CAO), la BIM au XXIe siècle est bien plus qu’un logiciel de dessin. En effet, la communauté du bâtiment commence tout juste à prendre en compte ses innombrables avantages dans les étapes de la construction autres que la conception, comme les opérations sur le terrain, la recherche et même la gestion des installations.

À l’avenir, la BIM devrait continuer à évoluer pour devenir un outil de collaboration unique permettant d’optimiser toutes les phases du cycle de vie d’un bâtiment, grâce à son interopérabilité croissante avec d’autres outils d’automatisation.

Sandrine Demas

Sandrine Demas

Sandrine est responsable de la communication chez dormakaba France. Forte de ses 21 ans d'expérience, elle gère et anime le blog français et est responsable du contenu, de l'édition mais aussi de son développement stratégique.