Catégories : Technologie

Qu’est-ce que la reconnaissance faciale et comment fonctionne-t-elle ?

reconnaissancea faciale
“"Les systèmes de reconnaissance faciale de demain pourraient contribuer à éloigner les criminels connus des écoles ou à approfondir l'intégration des bâtiments et des maisons intelligentes."”

Nous avons parcouru un long chemin depuis que nous avons cessé de sonner à la porte ou même d’avoir besoin de clés pour entrer dans nos maisons, bureaux et bâtiments. La technologie nous a donné des applications pour smartphones, des scanners de doigts et des cartes-clés. Et maintenant, la reconnaissance faciale rend l’accès encore plus pratique et plus sûr. Néanmoins, il reste encore beaucoup de mystère et d’idées fausses sur la reconnaissance automatique du visage, qui est l’un des progrès récents les plus importants en matière de technologie d’accès.

Il existe de nombreuses variantes de technologies de reconnaissance faciale, de caméras et de scanners. L’évolution de la reconnaissance faciale se fait à une vitesse fulgurante. Cela crée à la fois des avantages et des défis lorsqu’on s’appuie sur la technologie d’identification biométrique.

Voici un aperçu de l’origine de la reconnaissance faciale, de sa situation actuelle et de ce qui l’attend.

Comment fonctionne la reconnaissance faciale

faciale

“La reconnaissance faciale a commencé sérieusement il y a environ vingt-cinq ans”, explique Anil Jain, expert en reconnaissance biométrique et professeur d’informatique émérite à la Michigan State University.

“Mais les performances des premiers systèmes de reconnaissance faciale automatisée étaient plutôt médiocres”, poursuit-il. “Même lorsque nous comparions des photos de criminels dans des conditions contrôlées, la précision du système restait très faible.”

Le professeur Jain fait référence à des recherches et technologies pionnières en matière de reconnaissance faciale dans les années 1960. On attribue souvent au professeur WoodyBledsoe la paternité de ce domaine en créant les premiers systèmes de cartographie faciale.

Les logiciels de reconnaissance faciale d’aujourd’hui ont des années-lumière d’avance sur les travaux du professeur Bledsoe. La vérification de l’identité par reconnaissance faciale ne prend plus que quelques secondes. Et avec des niveaux de précision croissants.

“Nous sommes arrivés à une précision de 99 % lorsque les utilisateurs sont dans des environnements contraints et suivent des instructions”, explique le professeur Jain. “Le défi est devenu dans des conditions non contraintes, où vous ne pouvez pas directement commander ou contrôler les expressions des gens”.

La technologie a pratiquement surmonté l’obstacle des conditions non maîtrisées. Les smartphones les plus récents ne demandent pas aux utilisateurs de “sourire” ou de “regarder dans l’appareil photo”. C’est parce que le logiciel construit un modèle unique du visage des utilisateurs dès le départ.

Pour créer ces modèles uniques pour chaque utilisateur, des photos sont prises sous plusieurs angles. Ce processus, appelé enrôlement, garantit que le visage d’un utilisateur peut être reconnu en toutes circonstances.

Que les gens soient à l’extérieur, qu’ils aient de nouvelles lunettes ou qu’ils se soient laissé pousser la barbe, la reconnaissance faciale d’aujourd’hui se trompe rarement. Et dans la plupart des cas, elle améliore la commodité et la sécurité. Malgré les débats éthiques persistants, l’avenir de la reconnaissance faciale semble brillant et prometteur.

Les défis de la reconnaissance des visages

Le marché de la reconnaissance faciale passera de 3,2 milliards de dollars en 2019 à environ 7,0 milliards en 2024. Mais certains des principaux obstacles sur le chemin comprennent la vie privée des utilisateurs, la sécurité des données et même le racisme.

Par exemple, le National Institute of Standards and Technology a constaté que logiciels de reconnaissance faciale étaient moins précis pour certaines races. Il était plus difficile d’identifier les Asiatiques avec précision et les Afro-Américaines présentaient un taux plus élevé de faux positifs.

La sécurité des données et la protection de la vie privée soulèvent également des inquiétudes quant aux images qui peuvent être légalement utilisées pour construire des modèles de reconnaissance faciale. Avec l’augmentation de l’activité en ligne et la prévalence des caméras, les entreprises ou les gouvernements peuvent facilement construire un modèle facial 3D de personnes à leur insu ou sans leur consentement.

Seriez-vous heureux si les données de votre visage étaient utilisées par une entreprise ou un gouvernement sans votre consentement ? Comme, la loi Illinois sur la confidentialité des données rend illégal de prendre la photo d’une personne sans son consentement.

Prof. Anil Jain, Université d’État du Michigan.

Sans parler des préoccupations générales liées à une société de surveillance étatique de type “Big Brother”. Mais des États comme l’Illinois, ainsi que d’autres réglementations telles que la loi générale sur la protection des données (RGPD), permettent notamment d’uniformiser les règles du jeu en ce qui concerne la confidentialité et la propriété des données des utilisateurs.

Les systèmes de reconnaissance faciale de demain pourraient notamment permettre d’éloigner les criminels connus des écoles. Ou de renforcer l’intégration des bâtiments et des maisons intelligents. Les transactions bancaires ou l’entrée dans un aéroport pourront se faire en toute sécurité en quelques secondes. M. Jain prévoit que l’apprentissage automatique jouera un rôle , en s’adaptant au visage des utilisateurs même s’ils vieillissent.

Heureusement, les gouvernements et les entreprises privées travaillent main dans la main pour trouver des solutions politiques afin de répondre aux préoccupations du public concernant la reconnaissance faciale. C’est une technologie qui est certainement là pour rester.

Marc Faresse

Marc Faresse

Marc est un expert en IA et en analyse vidéo au sein de l'équipe de gestion de l'innovation du groupe dormakaba. Grâce à ses nombreuses années d'expérience, acquises au sein et en dehors de l'entreprise, il aide dormakaba à introduire dans son offre des technologies basées sur l'IA, comme la reconnaissance faciale.