Catégories : Architecture

L’architecture centrée sur l’homme : signification et enjeux

Architecte,, architecture

Alors que les bâtiments répondent aux besoins humains les plus fondamentaux comme le logement et la sécurité, l’architecture a un impact sur l’état émotionnel de toute personne qui interagit avec elle. Qu’il soit voulu ou non, un bâtiment peut provoquer toute une série d’émotions telles que l’appartenance, la crainte, ou l’espoir. Mais qu’est-ce que l’architecture centrée sur l’homme signifie et quels en sont les enjeux ?

En effet, l’architecture ne se limite pas aux émotions. Les humains – comme la plupart des autres mammifères – sont très sensibles à leurs conditions environnementales. Ainsi, un nombre croissant de recherches montre que l’architecture et l’urbanisme créent chez l’homme des réactions physiologiques qui peuvent favoriser la santé et le bien-être à long terme – et dans certains cas, la maladie ou la détresse mentale.

Par exemple, l’une des conclusions les mieux documentées de ces études est que l’exposition à la verdure et à la nature améliore considérablement la santé, aidant les gens à vivre plus longtemps et plus heureux. En revanche, les espaces restreints et les environnements peu inspirants sont connus pour être plus néfaste.

L’architecture centrée sur l’homme, qui place l’homme au centre du processus de conception, cherche à optimiser les interactions positives entre l’homme et les bâtiments.

Qu’est-ce que l’architecture centrée sur l’homme ?

L’architecture centrée sur l’homme n’est pas une tendance, un style ou une méthodologie, mais une approche basée sur des solutions visant à optimiser la relation entre les personnes et les bâtiments pour répondre aux besoins d’une communauté. Les bâtiments conçus avec cette ambition apportent des solutions aux problèmes et créent des opportunités car ils se concentrent sur les besoins, les contextes, les comportements et les émotions des personnes.

Bien que les approches centrées sur l’homme aient toujours fait partie intégrante du travail de nombreux concepteurs et architectes, la terminologie a été officiellement créée en 1987 dans une publication intitulée Human-Centered Systems par l’ingénieur irlandais Mike Cooley. Depuis lors, la conception et l’architecture centrées sur l’être humain ont continué à donner aux communautés du monde entier les moyens d’agir en tant que pilier important de l’égalité mondiale.

L’empathie et l’innovation sont au cœur de l’architecture centrée sur l’homme. Comme le dit le Dr. Prabhjot Singh, directeur de la conception des systèmes à l’Institut de la Terre, « Nous passons beaucoup de temps à concevoir le pont, mais pas assez à penser aux personnes qui le traversent ».

Architecture centrée sur l’homme : guérir les maux, résoudre les problèmes

Cependant, les innovations architecturales visant à changer la vie des communautés ne sont pas seulement le fruit de bonnes intentions, mais aussi d’une recherche et d’une analyse poussées. Fondés sur des concepts d’ethnographie, de sociologie et de psychologie cognitive, les projets de conception architecturale centrés sur l’homme qui réussissent sont le résultat d’une compréhension holistique de leurs utilisateurs.

« Il s’agit d’eux et pour eux. Plus les besoins des utilisateurs finaux sont analysés et satisfaits, plus l’adoption ou l’achat d’une solution est réussie. Vous itérez jusqu’à ce que vous obteniez la bonne solution du point de vue du client. C’est le pouvoir de la [conception centrée sur l’homme] », déclare Oliver Delarue du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Grâce à l’empathie, à une compréhension précieuse et à une pensée critique, l’architecture centrée sur l’homme peut relever certains des défis les plus importants du monde.

« C’est un moment en inoubliable quand vous voyez les choses qui n’existent pas encore », Marvin J. Malecha, président de la New School of Architecture and Design, définit le design centré sur l’homme.

Cas n°1 : une vie à l’abri des conséquences de la maladie de Parkinson grâce à des solutions centrées sur l’homme

Le succès des conceptions architecturales centrées sur l’homme ne se mesure pas à leur taille ou à leur glamour, mais à la valeur qu’elles apportent au quotidien par les utilisateurs. Ainsi, des toilettes écologiques dans une zone rurale et peu dotée en ressources jusqu’à un établissement de soins de santé innovant peuvent être d’excellents exemples d’architecture centrée sur l’homme.

Mileha Soneji, une designer indienne centrée sur l’être humain, pense que les solutions simples sont souvent les meilleures. Dans son exposé sur le TED intitulé « De simples coups pour la vie avec la maladie de Parkinson », elle décrit comment elle a conçu une maison pour son oncle atteint de ce trouble caractérisé par des tremblements et des difficultés d’équilibre : « [Mon oncle] vit au 1er étage de l’immeuble et doit monter des escaliers. Son immeuble n’avait pas d’ascenseur, ni de monte-escalier, alors je me suis demandé comment il montait les escaliers. J’ai posé cette question à mon oncle et il m’a dit : « C’est facile, laisse-moi te montrer ».

Lorsque Soneji a suivi et étudié son comportement, elle a réalisé que son oncle avait beaucoup plus de facilité à marcher dans les escaliers que sur un terrain plat. La facilité à monter les escaliers par rapport au défi de la démarche sur un terrain plat est une expérience courante pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Soneji a appelé cela « l’illusion des escaliers ».

Ainsi, elle a trouvé des moyens simples, mais intéressants, pour aider son oncle après avoir marché dans ses chaussures : « Dès que j’ai vu mon oncle descendre l’escalier, je me suis demandé si les vrais escaliers fonctionnaient, si l’illusion imprimée d’un escalier sur un sol plat fonctionnait ? Je suis donc immédiatement rentré chez moi et j’ai imprimé des feuilles A3 que j’ai ensuite plâtrées pour créer un escalier. Je l’ai créé facilement pour le tester rapidement avec mon oncle afin de voir si cela fonctionnait et de définir l’échelle exacte ».

Cas n°2 : raviver les meilleurs souvenirs grâce à une architecture centrée sur l’homme

Néanmoins, selon les besoins des utilisateurs ou des communautés, certains projets architecturaux centrés sur l’homme ne sont pas nécessairement aussi simples que ceux que Soneji a conçus pour son oncle.

Dans le cas de The Lantern, une communauté de vie assistée dans l’Ohio, les architectes ont adopté une approche beaucoup plus détaillée pour servir les personnes âgées atteintes de démence et  de la maladie d’Alzheimer.

Ils ont conçu les centres pour qu’ils ressemblent à un quartier typique des années 1930 et 1940, époque à laquelle la plupart des résidents de The Lantern sont devenus adultes. Le « quartier » a des porches, des rocking-chairs, des tapis en herbe et un plafond en fibre optique qui fait la transition entre le jour et le ciel nocturne.

« Le design est destiné, en partie, à établir un lien avec les patients atteints de la maladie d’Alzheimer qui conservent souvent des souvenirs de leur jeunesse, même s’ils perdent lentement le fil des souvenirs en vieillissant », explique Jean Makesh, le PDG de The Lantern.

Cet environnement qui enveloppe les résidents de confort et de familiarité s’avère réduire l’anxiété, l’irritabilité et la dépression – des expériences courantes pour les personnes atteintes de démence et d’Alzheimer.

Une approche humaine des défis complexes de demain

Mike Cooley, qui est à l’origine de la terminologie de l’humano centrisme à la fin des années 1980, s’est interrogé sur la valeur des projets architecturaux de type « tarte dans le ciel » qui n’offraient que peu de valeur aux communautés.

Sans autre outil que leur corps, les abeilles construisent des nids et des ruches qui fascinent encore les scientifiques. Dans son ouvrage « Architecte ou abeille ? » Cooley soutient que même avec la technologie la plus avancée, un architecte ne peut pas produire ce que fait une abeille. Il souligne donc l’importance d’une conception simple et centrée sur l’homme.

Par conséquent, étant donné son orientation vers les valeurs, son évolutivité et sa résilience, il ne fait aucun doute que l’avenir de l’architecture est centré sur l’homme.

Sandrine Demas

Sandrine Demas

Sandrine is a communications manager at dormakaba France. With her 21 years of experience, she runs the French blog and is responsible for the content plan, the publishing but also for its strategic development.